12/02/2011

Je découvre ...

Il y a à peine un mois, j'ai découvert le témoignage de Françoise Cambayrac dans son livre: "Maladies émergentes: comment s'en sortir ?". C'est le choc ! Je découvre que le mercure est un puissant neuro-toxique, qui provoque une gravissime intoxication progressive qui, à terme, donne naissance à diverses maladies: fibromyalgie, maladie d'Alzheimer, Sclérose en plaque, maladie auto-immune, électrosensibilité, intolérence au gluten et au lactose, perméabilité du colon, acidité gastrique, ostéoporose, diverses douleurs dans le corps, ...etc.

Depuis une dizaine d'années, je souffre régulièrement de maux plus ou moins invalidants et douloureux: fibromyalgie, douleurs à la hanche, forte acidité gastrique, intolérence au gluten et au lactose, ostéoporose, douleurs erratiques dans le thorax, ... et j'en passe ! De nombreux examens seront effectués (radios, échographies, analyses diverses, ...), et ne donnent aucune indication aux médecins, pire, certains se demandent si j'ai vraiment mal ...

Je réalise que c'est en 1999 que toutes mes dents seront soignées; certaines, par un "plombage classique", et toute ma denture supérieure est reconstruite de couronnes en porcelaine recouvrant un amalgame dentaire. J'appelle mon dentiste qui me confirme que tous ces amalgames dentaires contiennent du mercure. Il n'est pas convaincu de la toxicité gravissime du mercure ...!

Je lis divers documents, explore internet, échange avec d'autres personnes malades également ... etc. De nombreuses études montrent la toxicité du mercure en particulier, et des métaux lourds en général. Je découvre que certains pays l'ont depuis longtemps interdit dans les soins dentaires. Des projets de loi européens sont en attente ...

Je découvre que tout le monde ne développera pas une maladie car la capacité à éliminer le mercure dépend d'une donnée génétique: deux tiers des personnes possèdent la capacité d'éliminer le mercure, et un tiers ne le peut pas. Dix millions de belges, dont trois millions ne possèdent pas le bon gène, et parmi ces trois millions, combien possèdent malheureusement des amalgames dentaires au mercure ? Terrible perspective ! Cela risque à terme de faire beaucoup de malades ...

En Belgique, c'est le silence ... Et la non reconnaissance du monde médical ! Toutes les analyses, tous les traitements sont à notre charge, ainsi que la dépose des amalgames ! Après, il faudra tout refaire avec d'autres subtances !

Je prends contact avec un médecin belge qui pratique les examens de mesure de l'intoxication et la désintoxication de l'organisme. A la première consultation, le médecin a effectué une prise de sang qui permettra de mettre en évidence les fonctions de plusieurs organes pouvant avoir été abimés par ce poison.

J'attends les résultast pour le 22 février 2011. A cette date, je subirai la prémière chélation qui permettra de déterminer la mesure de l'intoxication. D'autres connaissances sont également en début de traitement.

Je décide donc de créer un blog, de constituer sous peu un petit groupe de travail, afin de diffuser le plus largement possible ce scandale, de découvrir les dentistes qui pratiquent leur art à l'aide de produits respectueux de la vie, et ceux qui sont formés à la dépose des amalgames (ne surtout pas les enlever sans précausions particulières). Il est plus que temps de dénoncer cette horreur, et de faire bouger les pouvoirs politiques et médicaux en Belgique.

Il serait aussi peut-être intéressant de déposer une plainte collective ? Bref, il y a beaucoup à faire pour que toute personne puisse être soignée correctement, dignement et à un coût honnête (actuellement, aucun des actes médicaux n'est remboursé par la sécurité sociale, et est donc au prix plein!).

Si vous soupçonnez avoir également une intoxication, je vous conseille vivement de lire l'ouvrage de Françoise Cambayrac, car les protocoles de soins sont très spécifiques et rigoureux; ce livre donne beaucoup de pistes là où c'est encore le vide total !

Vous pouvez me contacter:

Claire COLETTE

Clos des Huit Colonnes, 3 à 1340 Ottignies 

claire.colette@skynet.be

08:34 Écrit par Claire COLETTE | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

11/02/2011

Pascal EPPE - Dentiste Homéopathe (UCL 1983)

http://www.biodenth.be/seminaire-dentiste/pascal-eppe.html

Pascal EPPE - Dentiste Homéopathe (UCL 1983)
Erreur! Signet non défini.Diplôme Européen d'Homéopathie (1998)
Membre de Unio Homoeopathica Belgica (Union Professionnelle Nationale Homeopathique)
Attestation d’Etude et de Recherche Approfondies en Implantologie Orale
Formation en Occlusion et en Réhabilitation Neuro-Occlusale (Barcelone)
Formation en Ostéopathie
Formation en Orthodontie : Diplôme Cisco, Philosophie Bioprogressive.
Enseignant à l'IMHB (Institut Médical Homéopathie et Biothérapie)
Animation de "Study-Club" organisés par la Société de Médecine Dentaire
Diverses Conférences sur le thème de la Dentisterie Biologique et Holistique
Webmaster du site www.biodenth.be
Centres d’intérêt :
 Utilisation des médecines naturelles en pratique dentaire.
 La nutrithérapie : bases scientifiques et utilisation au quotidien en dentisterie.
 Techniques d’écoute active (PNL)
 « Free Mercury Pratice » pratique dentaire exempte de mercure et produits toxiques.
 Rôle de l’alimentation dans la prévention des maladies bucco-dentaires.
 Relations entre les pathologies bucco-dentaires et les pathologies systémiques.
 L'implication du système immunitaire dans les allergies et intoxications au mercure et aux métaux utilisés en dentisterie
 Le diagnostic et le traitement des intoxications au mercure provenant des amalgames dentaires

Publications : voir le détail de toutes les publications de Pascal Eppe


Dentiste LSD (UCL 1983)
• Diplôme européen d’Homéopathie (1998)
• Formation en Occlusodontie et Ostéopathie
• Formation en nutrithérapie
• Diplôme d’Orthodontie ( Cisco )
• Diplôme de Réhabilitation-Neuro-Occlusale en 1997( Clinique du Prof. Planas à Barcelone)
• Enseignant à l’IMHB (Institut Médical Homéopathie et Biothérapie)
• Conférencier de plusieurs « Study-Club » sur les médecines alternatives en dentisterie en collaboration avec la Société de Médecine Dentaire

pascal.eppe@biz.tiscali.be
37 Rue du Moulin
6740 ETALLE
Belgique
Tel : +32 63 455920

21:51 Écrit par Claire COLETTE | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Estelle Vereeck et le décodage dentaire

http://www.holodent.com/

Lauréate de la faculté, pionnière dans le domaine du décodage dentaire, Estelle Vereeck se démarque de toute approche existante et se fonde sur ses propres recherches. À la fois originale et novatrice, son approche jette les bases d’une méthode de décodage claire, rigoureuse et efficace.
Si grâce à cette approche chacun peut se reconnaître et obtenir des réponses à ses questions, c’est parce qu’Estelle Vereeck a été chercher les réponses où elles se trouvent : dans la bouche de ses patients. Outre son expérience de la dentisterie, elle se fonde sur la biologie, l’embryologie, l’anatomie, la morphologie, auxquels elle applique son raisonnement symbolique et sa connaissance de la psychologie. Si aujourd’hui elle se consacre aux recherches et à l’écriture, c’est pour proposer un travail, sérieux, réfléchi et approfondi.
Estelle Vereeck est l'auteur de nombreux ouvrages sur la dentisterie holistique et le décodage dentaire.

Expertise et conseil

Qu'il s'agisse de répondre à une question ponctuelle, sur la dentisterie holistique, l'orthodontie ou le décodage dentaire, ou de procéder à une analyse plus détaillée sur la base d'une radio panoramique dentaire, Estelle Vereeck met son expertise et son savoir au service de ceux et celles qui la sollicitent.
Erreur! Signet non défini.Les lecteurs de ce site s'en souviennent, il y a deux ans presque jour pour jour, le premier janvier 2008, le mercure était officiellement banni de Norvège et, avec lui, les fameux plombages ou amalgames qui en contiennent à hauteur de 50%.
Deux ans après cette décision de bannir les plombages au mercure, où en est-on en France et plus généralement dans le monde ?

Amalgame dentaire en France

La décision de la Norvège connut un faible écho médiatique, que ce soit sur internet (holodent fut pratiquement le seul site à relayer l'information) ou ailleurs. La nouvelle fut peu commentée, si ce n'est par le professeur Michel Goldberg, membre de l'Association Dentaire Française (ADF) et fervent défenseur de l'amalgame au mercure.

C'est dans un journal syndical, le Chirurgien Dentiste de France, que le professeur Goldberg crut bon de fustiger la «bêtise triomphante» de la Norvège, tout en affirmant que les patients «somatiques» qui incriminent le mercure «figurent maintenant en bonne place dans les revues psychiatriques». Les lecteurs intéressés par ce morceau d'anthologie en trouveront une analyse sur le site des éditions Luigi Castelli. De fait, les patients qui ont l'audace de se plaindre d'une intoxication mercurielle, sont envoyés directement chez le psychiatre.

Amalgame dentaire en Europe

Pratiquement à la même date, un comité scientifique mandaté par Bruxelles pour décider de l'opportunité d'interdire en Europe les amalgames dentaires, dans le cadre de sa stratégie contre le mercure, innocentait les plombages au mercure de toute nocivité. On ne sera guère étonné d'apprendre que l'un des experts extérieurs ayant participé à la rédaction de ce rapport n'était autre que le professeur Michel Golgberg, celui-là même qui se permit de qualifier de «bêtise triomphante» la décision de la Norvège. Parallèlement, le Conseil de l'Ordre des chirurgiens-dentistes français joua de toute son influence sur Bruxelles pour que l'amalgame dentaire ne soit pas interdit.

Dès le début de l'année 2008, on savait donc que l'Europe n'emboîterait pas le pas à la Norvège et que les plombages au mercure avaient encore de beaux jours devant eux sur notre vieux continent. D'ailleurs, la décision norvégienne fut officiellement motivée par des raisons écologiques et non médicales. On peut donc continuer à poser du mercure dans la bouche des êtres humains, en continuant de faire semblant de croire que ce poison redoutable ne finira pas, tôt ou tard, par contaminer l'éco-système.

Amalgame dentaire aux États Unis

Six mois plus tard, en juin 2008, la FDA (Food and Drug Administration), agence américaine équivalent de l'AFFSAPS en France, publiait sur son site un communiqué détonnant dans lequel elle reconnaissait clairement la toxicité du mercure "sur le système nerveux des enfants en croissance et les foetus". Dans ce même communiqué, la FDA promettait d'étudier les matériaux alternatifs à l'amalgame et envisageait de durcir ses règles afin de restreindre l'emploi du plombage dès juillet 2009.

Après une telle annonce, on pouvait s'attendre à ce que les plombages soient interdits chez la femme enceinte. Or, rien de tout cela. En juillet 2009, la FDA se contenta d'édicter des recommandations a minima, spécifiant de ne pas utiliser l'amalgame dentaire chez les personnes allergiques au mercure et seulement chez celles-ci.

Les amalgames dentaires vus par l'assurance maladie

Fin 2009, se basant sur une compilation de travaux scientifiques, l’assurance maladie concluait à l'innocuité de l'amalgame dentaire. À toutes fins utiles, rappelons que la sécurité sociale n'a pas les moyens de financer les matériaux alternatifs au plombage au mercure (plus coûteux) et moins encore la dépose* de millions d'obturations, ce qui ne manquerait pas de se produire si l'amalgame était officiellement reconnu toxique.

Amalgame dentaire : quelles alternatives ?

La fin officielle des plombages au mercure n'est probablement pas pour demain, mais chacun peut individuellement faire le choix d'un matériau moins polluant, que ce soit pour son propre corps ou pour la planète. Même si, dans l'état actuel de la science, la biocompatibilité parfaite n'existe pas encore en dentisterie, des matériaux alternatifs existent, moins toxiques et moins polluants et ne générant pas d'électrogalvanisme buccal.

* Précautions à prendre lors de toute dépose et solutions alternatives à l'amalgame au mercure: voire le Pratikadent, rubrique Plombage-dépose.
 


http://www.non-au-mercure-dentaire.org/actualites-non-au-mercure.php

21:50 Écrit par Claire COLETTE | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |